Le Manoir d'Ango

Le manoir d'Ango est édifié entre 1530 et 1542 par l'armateur dieppois Jehan Ango. Il est l'œuvre d'architectes et d'artistes italiens. L'aile sud du Manoir comporte une loggia et une galerie faite de quatre baies cintrées. La partie supérieure de l'aile sud est décorée de fresques d'artistes de l'école italienne du XVIème siècle.
L'accès à la demeure d'Ango se fait par un passage voûté qui s'appuie sur deux corps de bâtiment avancés dont l'un est surmonté d'une tour octogonale.
La tradition locale rapporte que le riche armateur Jehan Ango pouvait observer de la tour l'entrée et la sortie de ses bateaux du port de Dieppe.

Jehan d'Ango (1480 - 1551) Vicomte de Dieppe

Jehan Ango, célèbre et richissime armateur dieppois de la Renaissance, est né en 1480, à Dieppe. A cette époque, Dieppe, deuxième port maritime de France, est une région d'armateurs. Très vite, cet homme de génie, esprit libéral, aimant le faste et le luxe, s'impose. Pendant la première partie de sa vie, il parcourt les mers d'Afrique aux Indes orientales comme officier et ensuite comme capitaine de vaisseau. Ces voyages lui apprennent la navigation et lui assureront le succès de ses futures explorations. A la mort de son père, également armateur, Ango hérite de la fortune paternelle et cesse tout voyage. Il frète de nouveaux navires et ses marins sont aussi bien des corsaires que des seigneurs. Il acquiert bientôt une véritable flotte qu'il expédie à Gênes d'où il fait venir les meilleurs artistes de son temps. A Venise, il prend contact avec les Médicis.
Devenu tour à tour banquier, Gouverneur de la ville et du château de Dieppe, il développe considérablement cette ville qui devient la troisième ville de France avec Dijon, la ville des Ducs de Bourgogne.
Il est le vicomte de Dieppe : avec lui, Dieppe est au centre d'une effervescence d'idées, de connaissances, une source d'inspiration des artistes stimulés par la présence de maîtres italiens, un bouillonnement de culture ou s'exalte et se développe le génie des navigateurs explorateurs.
Ango se fait construire un véritable palais d'hiver, entièrement sculpté en bois qui se dresse au-dessus du port, face au château d'Arques qu'on voit au loin de ses fenêtres.

Il décide d'agrandir et d'embellir le Château de Dieppe dont il est Gouverneur et devient le grand mécène de l'église Saint Jacques dont il se plait à orner la nef de délicieuses petites chapelles italiennes. Sans cesse, ses vaisseaux de commerce ramènent de Bretagne les grès, les silex et le granit que les artistes italiens disposent en damiers dans les murs qui s'élèvent.

Principal financier du roi François 1er, Ango contribue à la délivrance du roi après Pavie, baillant une large part de la rançon exigée par Charles Quint. Libéré, François 1er entreprend de visiter le vicomte dans sa ville. Il arrive à Dieppe en 1532. La reine Claude l'accompagne, et la Cour de Fontainebleau. Ango reçoit superbement dans le merveilleux palais italien et au Château de Dieppe où il organise de fastueuses fêtes. Son train est princier.
A l'occasion de cette visite, il met sa flotte à la disposition de son souverain. Le roi François 1er le comble d'honneurs et de privilèges parmi lesquels les fameuses « lettres de marque » lui donnant toute franchise sur les mers pour combattre ses adversaires. Il devient « l'Amiral de Normandie ». François 1er le confirme dans ses titres : le Vicomte de Dieppe règne sur un large territoire qui s'étend du Tréport à la vallée de la Seine incluse. Ango deviendra le conseiller maritime du roi à qui il propose immédiatement la construction d'un port qui sera « Le Havre ». Le roi accepte d'enthousiasme et Ango qui dispose d'une véritable cour d'artistes venus d'Italie, envoie son célèbre architecte Bellarmato pour y dresser les plans d'une ville nouvelle.
Le rayonnement du Vicomte se fait sentir partout. Les richesses amassées par ses navigateurs ont fait de lui l'homme le plus riche du royaume. Il a traité avec la Sérénissime République de Venise, bloqué le port de Lisbonne, obligeant le roi Jean III du Portugal à accepter ses exigences, à envoyer ses ambassadeurs à Dieppe.
Vers 1533, il entreprend la construction d'une résidence d'été qui dépasserait en splendeur tout ce qu'il a fait construire jusqu'ici. Il fait venir de Gênes Léonard de Vinci qui ornera de fresques la grande galerie du premier étage et la loggia aux colonnes sculptées. Sculpteurs et architectes italiens laisseront en outre des œuvres admirables à Rouen et au Havre. Le Palais de Plaisance de la Renaissance devient à la révolution « Manoir d'Ango », exploitation agricole puis carrière de pierres jusqu'en 1927.

La demeure s'élève, gracieuse, en forme d'U, au tour du pigeonnier, le plus grand du monde, qui exprime par sa taille la puissance du Vicomte. On le contemple de la loggia et de la galerie, se détachant sur les jardins de la Renaissance encadrés de chaque côté de magnifiques poternes qui s'élevaient en bout de murs de silex taillés et de grès, soulignés de douves, face à la mer.
François 1er y séjourne aux environs de 1540 avec Diane de Poitiers, désirant montrer à la Sénéchale « la plus belle demeure de Normandie ».
Des liens très forts se sont tissés entre le Roi et l'armateur. François 1er , au cours d'un séjour à Arques, fait creuser des souterrains pour relier le château à celui de Dieppe et au Palais de Plaisance. Ils seront comblés après la mort du Vicomte.
Ango avait épousé Anne Guilbert, descendante de Guillaume le Conquérant, parente des Ducs de Normandie. Ils n'ont pas eu d'enfant. Le Vicomte de Dieppe reste le plus grand armateur français de tous les temps.
Ses vaisseaux menés par des navigateurs exceptionnels sont allés sur toutes les mers du monde. Ils ont découvert le Canada auquel Ango a donné le nom d'Arcadie qui devint peu à peu Canada. Il a envoyé son meilleur Capitaine, l'italien Verrazano dans une expédition qui aboutit à la découverte du port de New York et des côtes du New Jersey, du Delaware, de Viriginie et de la Caroline du Nord.

Jehan Ango a été un grand amateur d'art et un humaniste reconnu et célébré dans les cours d'Europe. Il reçoit avec simplicité tous ceux qui, en Normandie, font appel à sa sagesse et à ses vastes connaissances, ce qui lui valut une popularité qui ne s'est jamais démentie. Protecteur des Arts, des Sciences et des Lettres, il fait de la Normandie une seconde Italie du nord : on l'appelle parfois la « Médicis du Nord » ; nombreux sont les normands de nos jours qui descendent de familles italiennes, implantées au temps du Vicomte de Dieppe, au temps fabuleux de la Renaissance venue d'Italie.
En 1545, dans une bataille navale contre les Anglais, ordonnée par François 1er, la flotte d'Ango se trouve décimée. Pour la première fois, le Roi ne s'était pas trouvé du même avis que son Conseiller maritime, serviteur et fidèle ami, hostile à cet affrontement. Le Vicomte de Dieppe, étant sans illusion, accepte cet échec avec la tranquille sérénité d'un véritable humaniste philosophe. Le grand mécène, désormais ruiné, devait s'éteindre paisiblement à l'âge de soixante et onze ans. Jehan Ango est mort au château de Dieppe en 1551, son tombeau se trouve en l'église Saint Jacques à Dieppe.

contact Réalisation PhP Consultant : 06 60 78 08 37 - php-consultant@wanadoo.fr - © Mairie de Varengeville sur Mer Mentions légales